Nous allons parler sommeil aujourd’hui et plus particulièrement celui de notre enfant de 34 mois. Je tenais à partager notre histoire sur le blog pour qu’elle puisse aider d’autres familles dans ces moments là. L’idée étant de trouver des ajustements pour l’enfant et les parents.

Depuis quelques mois, Aymar est très angoissé à l’idée de dormir dans sa chambre. La peur du noir, d’être seul, du loup, la peur des monstres et du plafond. Après le rituel assez long du couché, il se relevait systématiquement du lit pour venir pleurer à la barrière. Alors je m’endormais près de lui pour qu’il fasse sa nuit dans sa chambre. Lorsqu’il me savait parti il se réveillait en pleine nuit, très apeuré.

Du coup, il a pris place entre nous dans notre lit donc dans l’endroit le plus rassurant du monde pour ce petit chat. Pendant quelques semaines puis des mois jusqu’à ce que l’on décide que ce n’était plus possible. On continuait d’être fatigués et un peu désemparés.

Ni une, ni deux on prends les choses en main et on obtient un contact d’une psychiatre pour enfants. Lors du rendez-vous, nous sommes tous les trois avec Marion pour parler de notre quotidien et des chamboulements qu’il a vécu depuis petit: 2 déménagements, 1 changement de crèche, l’arrivée de son petit frère… CLAQUE ! À ce moment là je me rends compte que mon garçon n’a que 34 mois et que je lui en ai peut-être trop demandé en si peu de temps. Toujours est-il que Marion nous donne différentes pistes à tester à la maison et j’aimerais les partager avec vous.

Réaménager la chambre de l’enfant

Son lit est un 190 cm sans aucun dossier ni barrière. Nous avons donc poussé le lit pour le mettre dans un coin ce qui est plus rassurant. Nous avons créer un cocon avec plusieurs coussins et avons délimité le lit avec une grosse peluche chien à ses pieds. Il paraît que de ne pas sentir le bout du lit peut angoisser certains enfants surtout après le lit à barreau.

Ensuite nous avons pris la lampe qui était dans notre chambre pour lui prêter quelques temps afin de le rassurer. Cette lampe, située au pied de son lit, lui permet aussi de contrôler sa peur avec l’interrupteur.

Prendre le temps de jouer avec lui

Nous couchons désormais son petit frère 30 minutes avant lui afin d’avoir du temps rien que pour lui. Alors je le laisse décider de ce qu’il veut faire et on s’amuse tous les deux dans sa chambre, ensuite l’histoire et au dodo. En effet, les journées à la crèche sont longues et le matin on est toujours un peu pressés.

Les Siestes

Il en est de même pour les siestes. Nous avions pris l’habitude de la faire ensemble. Du coup, il retrouve désormais son lit pour les siestes du week-end. Je pense qu’il cherche encore sa place entre son père et moi, on est si fusionnel qu’il lui arrive d’éprouver de la jalousie envers son père. Sentiment tout à fait normal d’ailleurs de chaque enfant à cet âge.

Nous avons mis en place ces nouvelles habitudes et dès le lendemain il dormait dans son lit sans encombres…. Je pense que le fait de l’avoir emmené au rdv, qu’il entende ce qui se passe et qu’une personne extérieure intervienne était nécessaire.

Les problèmes de sommeil sont assez fréquents chez les enfants mais on peut mettre en place de petites choses pour les résoudre, ou du moins en partie. N’hésitez pas à m’écrire en commentaires si vous avez ce genre de petit problème et comment vous faîtes?

Je vous embrasse,

Yasmine

Posted by:bonjourlasmala

2 replies on “Le sommeil chez l’enfant de 2 ans

  1. Bonjour ! Merci pour l’article qui est très intéressant. On galère un peu aussi avec le sommeil de nos filles, Emma 3 ans et demi met du temps à s’endormir, elle réclame 3/4 fois des câlins l’orque je descend alors quand il y a l’école de lendemain elle s’endort souvent tard. Et Zoé 2 ans qui jusque là dormait parfaitement bien commencé à nous dire qu’elle a peur, on l’a retrouvé avec son oreiller sur la tête en pleine nuit ( on le met sous son matelas maintenant ) et se réveille en hurlant à 2/3h du mat… 😣 on essaye l’homéopathie ( stramonium ) et on va essayer de prendre conseil sur les petites astuces de votre article !! Merci et bonne continuation

  2. Pas facile en effet et rassurant de savoir que nous ne sommes pas seuls…
    Notre fille de 5 ans s’endort dans son lit mais je dois être présente… Elle a toujours fait ça et nous travaillons ensemble pour qu’elle s’endorme seule. C’est compliqué mais on continue, on sait que ça va se régler.
    Notre garçon de 2,5 ans a longtemps été comme le votre. Jusqu’à ce que je dise stop. Il s’endort depuis 9 mois dans son lit mais l’un de nous doit rester avec lui jusqu’à ce qu’il s’endorme. Et il se réveille entre 2 et 3 h du matin, soit nous rejoint soit pleure jusqu’à ce que son père vienne. Parce que ce n’est que papa la nuit…??? Ce qui est pas mal pour moi et me permet de dormir… 😉
    On ne sait pas comment l’aider pour qu’il fasse une nuit complète. Mon conjoint est épuisé! Et je ne peux rien faire.
    Vivement qu’il aille à l’école, je pense qu’il sera tellement fatigué qu’on aura enfin des nuits complètes…
    Bon courage à vous.

Laisser un commentaire