Un tout premier portrait de femme créative comme pour venir élargir la rubrique du blog dédiée aux femmes, leurs corps et leurs histoires. Je trouve tout autant inspirant de vous proposer quelques parcours de femmes qui font partie de mes coups de coeur. Margo (@margochato sur IG) est toute jeune et pourtant nous pouvons déjà déceler son univers bien à elle avec des créations qui lui ressemble. Je lui ai posé quelques questions afin d’en savoir plus sur elle et son travail…

Interview…

Y: Peux-tu te présenter en quelques mots?
M: Je m’appelle Margaux, j’ai 23 ans. Je vis à Toulouse et suis originaire d’un petit village près de Perpignan. Je suis une passionnée et éternelle curieuse impatiente, sensible, optimiste, spontanée, j’aime les gens et les rencontres qui me déroutent. J’aime rire, improviser et manger, une bonne vivante, une fille du Sud quoi !

Y: Que peux-t’on trouver derrière ta marque Diverse?
M: Diverse c’est ma façon de faire de ma passion pour les intérieurs, pour l’esthétisme, l’artisanat et le fait-main une perspective d’avenir.
C’est une esthétique minimaliste, des formes, couleurs et matières naturelles, organiques. 

C’est tout d’abord un e-shop qui propose à la vente des objets inspirants, durables et éthiques autour de trois sélections : une sélection objets de seconde main, une sélection créateurs ainsi qu’une sélection d’artisanat d’ailleurs qui regroupe des trésors de voyage.

Aujourd’hui je travaille pour emmener Diverse plus loin et imaginer une boutique physique d’objets pour la maison avec une sélection de créateurs qui revisitent les objets du quotidien de façon plus responsable. J’aime travailler autour de l’objet utilitaire, une belle cuillère en bois, un couteau artisanal, rendre les choses les plus simples encore plus belles.

Y: On a plaisir à suivre tes jolies photos déco via IG, ce que j’aime c’est que tu fais beaucoup de choses toi même. As-tu une réalisation dont tu es plus fière qu’une autre?
M: Je les aime toutes plus pour les moments passés à les créer que le résultat final mais si je ne devais en choisir qu’une ce serait la cruche en grès que l’on aperçoit sur ces photos. Je l’ai réalisée à l’atelier de céramique Dalo à Rouen et j’y ai passé beaucoup de temps: 9h juste pour le modelage.

Habituellement, je ne suis pas une grande fan des détails, j’aime quand l’objet prend rapidement forme entre mes mains. Ce moment où tu sens que tu as la capacité de créer quelque chose à partir de rien, c’est dingue ! Mais pour cet objet, je m’étais lancée le défi de le perfectionner, d’aller au bout, et c’est kiffant. Les projets de Hack sont chouettes aussi, se mettre dans la peau d’un designer et trouver comment créer la version DIY d’une pièce qui existe et qu’on convoite.

La création…

Y: Quels matériaux préfères-tu travailler et pourquoi?
M: Pour créer, je vais instinctivement vers des matières naturelles comme le coton, le bois, la terre, les végétaux et leur côté brut.
J’ai tendance à aimer travailler les matières capricieuses qui ne se laissent pas tout de suite totalement apprivoiser, je crois que c’est une façon de ne pas me lasser trop vite. On commence par créer de petits objets tout simples, et puis avec le temps, des pièces de plus en plus imposantes et de plus en plus complexes.

Y: Où puises-tu ton inspiration? Aurais-tu des petits conseils en lien avec la créativité, comment la booster ?
M: PARTOUT ! Et surtout dans le quotidien, des couleurs, des matières, des objets ou des formes que je croise. Mon téléphone est rempli de photos de tout et de rien, d’une vitrine inspirante, d’un paysage aux couleurs folles, je me nourris de tout !
Je m’inspire aussi pas mal dans les pages de jolis magazines, sur Pinterest bien sûr et sur Instagram.

Je crois que le meilleur conseil que je pourrais donner est de créer, surtout quand l’inspiration ne vient pas. Prendre un carnet et dessiner, cuisiner, s’acheter un paquet d’argile et ne pas trop penser, sortir avec son appareil photo, autant de moyens de rebooster sa créativité. Parce que plus on créé plus notre cerveau nous le réclame. Et puis c’est aussi une façon de ne pas s’arrêter sur la frustration de la page blanche, se mettre en mouvement pour donner l’impulsion.

Et puis travailler sur sa sensibilité, sa capacité à percevoir ce qui nous entoure à travers nos sens pour ne pas avoir peur de s’ouvrir un peu plus et donc de se nourrir un peu plus.

Publié par :bonjourlasmala

Laisser un commentaire